Pourquoi mon épouse et moi organisons un Triduum?

MMmeAlaimeAbbéJBayet

Monsieur et Madame Alaime entourent l’abbé Joseph Bayet

Maman, qui habitait un village voisin de Beauraing, a eu la chance de pouvoir assister aux apparitions de Notre-Dame aux cinq enfants de Beauraing en 1932-1933.

Ses récits ont éveillé en moi une grande dévotion pour la Vierge au Coeur d’Or. Pendant toute ma vie, je suis souvent venu prier ici à Beauraing.

Quand nos deux fils sont devenus adolescents, mon épouse s’est investie dans la section de St-Servais de l’association chrétienne pour invalides et handicapés (ACIH devenue ALTEO). Dans le prolongement de cette action, elle a participé à un triduum de Beauraing comme hospitalière (triduum pour les doyennés de Namur, Jambes, St-Servais). Dans les années 1990, je suis venu la rejoindre à mon tour comme brancardier.

L’esprit de fraternité qui régnait dans ces triduums, l’enrichissement spirituel qu’on y gagnait et la grande attente que les participants avaient de se retrouver au cours de l’édition suivante nous ont amenés, mon épouse et moi, à la conclusion que ces pèlerinages ne devaient pas s’arrêter. Lorsque la personne qui  s’était chargée de l’organisation a été empêchée de poursuivre cette mission et à la demande de très nombreux participants, nous avons décidé de nous charger de l’organisation, ce que nous faisons depuis plus de quinze ans, avec l’aide d’une collaboratrice.

La fatigue, le temps y passé, ne sont rien à côté de la satisfaction et du bonheur que nous lisons sur le visage de tous les participants. Nous prions Notre-Dame au Coeur d’Or de nous donner encore longtemps la force de continuer à remplir cette mission et qu’il se trouve des personnes pour reprendre le flambeau quand l’âge ou le handicap nous empêcheront de continuer.

Jean Alaime

Publicités

Ce qu’est un « Triduum »

IMG_3457
Un « Triduum » à Beauraing

Un triduum, c’est le nom donné au pèlerinage de quelques jours à Beauraing.

Les pèlerins arrivent généralement un jour A en fin d’après-midi et repartent le jour A+4 en début de matinée, soit en ayant vécu trois jours complets à Beauraing.

Pendant ce pèlerinage, l’occasion est offerte aux personnes malades, handicapées, isolées, et valides qui les accompagnent  de vivre un temps fort de prière, de recueillement et d’écoute de la parole de Dieu, de ressourcement spirituel.

Ce sont des journées vécues dans un climat de grande fraternité sous le regard de Notre-Dame au Cœur d’Or.

Un prêtre prédicateur assure l’accompagnement spirituel. Au cours de ces journées, sont vécus des entretiens religieux, échanges, témoignages, l’Eucharistie, des temps d’adoration, le chemin de croix, le sacrement de réconciliation, l’onction des malades, le chapelet et l’hommage à Marie à l’Aubépine.

L’hébergement et la restauration sont assurés par l’asbl Maison de l’Accueil-Beauraing.

 Jean Alaime